Visitez le site www.ctmaurepas.fr

2 septembre 2020

Donnons des elles au vélo ; la 6ème édition du 29/07 au 20/08

image_pdf

Depuis 6 années des filles et des gars du club de Courcouronnes organisent l’été un Tour de France féminin amateur, dans le but de promouvoir le cyclisme féminin et celui que soit organisé un Tour de France féminin.
En juin l’information arrive sur les réseaux sociaux : il est possible d’accompagner le groupe de 13 filles sur leur dernière étape : Mantes-la-Jolie / Paris, en respectant quelques règles liées aux conditions sanitaires actuelles. Nelly, ma copine du VCMB s’inscrit. J’ai connu Nelly lors du PBP où nous étions l’une et l’autre bénévoles. Je laisse passer l’inscription, ne connaissant pas encore le planning des vacances.
Et puis août arrive, Nelly et Facebook me rappellent l’événement. Il reste deux places, vite je m’inscris et transmets l’information à mon proche voisin, Philippe Mariani.
Nelly ,qui a déjà accompagné la dernière étape de ce tour, me rassure : tu verras on roule tranquille !
Nous voilà donc au point de RV, devant l’Ecole militaire de St Cyr. Nous sommes surpris par le peu d’accompagnateurs ; la date et le virus en sont certainement responsables.
Les cyclistes arrivent, font une pause boisson et barres et papotent.
Elles sont toutes jeunes ; elles ont entre 24 et la trentaine ; l’ambiance est détendue. Il y a une énergie qui se dégage du groupe ; est-ce celle de la jeunesse, du sport ou du projet collectif ? Une jeune fille de 16 ans me raconte ne pas pouvoir participer car trop jeune, mais elle a fait la première étape qui était difficile en raison du dénivelé, et elle roule aussi sur la dernière étape bien symbolique avec l’arrivée sur les Champs Elysées.
Nous démarrons et l’allure est plutôt vive. Ouille, ça va être chaud, très chaud !
Les années précédentes, Nelly me confirme encore que le rythme était moins rapide, car le groupe de cyclos était très important. Cette année les filles emmènent moins de monde, les motards ont eu peut-être moins de surveillance à assurer ; et devant, elles se sont vraiment senti pousser des ailes.
Nous sommes une petite trentaine de cyclos ; certains roulent avec ces sportives depuis Mantes.
Le plus impressionnant en début d’étape c’est de griller les feux tricolores, les stops, les priorités à droite. Des motards ouvrent et ferment la route, et d’autres sécurisent les traversées de carrefours. L’itinéraire est celui du Paris / Versailles, avec la grimpette cette fois dans la forêt de Meudon et la longue descente d’Issy Les Moulineaux, la fameuse côte des Gardes où j’ai encore fait chauffer les disques. Il commence à faire vraiment chaud dans la forêt, mais en arrivant dans Paris intra-muros c’est pire. Quand je pense que j’ai emporté ma veste de pluie, un maillot trop chaud et une seule gourde ! Un véritable raté !
Nous empruntons à 2 reprises le parcours des Champs-Elysées.
Elles savourent leur exploit en profitant d’une coupe de Champagne bue sur le trottoir.
Philippe trouve l’arrivée sur les Champs pas suffisamment médiatisée par rapport à l’ambition du projet : organiser un Tour de France féminin.
Les félicitations des autorités se dérouleront à la mairie du VIII arrondissement où nous n’irons pas. Après un petit sandwich nous reprenons la route. Denis a la trace et nous le suivons à travers le Bois de Boulogne et Suresnes. Que ce retour m’est difficile ! Les petites bosses sous la chaleur, me paraissent très longues. L’itinéraire de retour s’effectue majoritairement sur une piste cyclable, ce qui nous permet d’être à l’écart des automobiles.
Tous ces efforts, côté participantes, mais aussi côté organisateurs ont certainement contribué à la prise récente d’une décision qui va dans le bon sens : en 2021, le Tour de France aura une version féminine ; l’arrivée sur les Champs Elysées donnera certainement lieu à une communication plus large.

Texte de Danielle CORS : writing press accreditation on the event