Visitez le site www.ctmaurepas.fr

14 novembre 2019

CYCLOCANCER – Epilogue – 100% bénévole, 110% généreux.

image_pdf

La remise des fonds collectés dans le cadre de la CycloCancer du 13 octobre a eu lieu ce jeudi 7 novembre dans le service pédiatrique du Centre Hospitalier de Versailles.Cette remise de récompenses destinées aux enfants malades fut intense sur le plan émotionnel.Pour votre information, cette action sera relayée sur différents supports médiatiques :
–   Le jeudi 14 novembre, à 18h, dans le journal de TV78, sous forme de brève
–   dans l’édition du 20 novembre des Nouvelles de Versailles.

L’hôpital Mignot de Versailles a reçu la visite de la Cyclo Cancer, du Cyclo Tourisme de Maurepas, ce jeudi 7 novembre, pour la remise d’un don d’une valeur de 3560 €. Le docteur Nathanson, chef du service pédiatrie, et toute son équipe ont organisé une cérémonie d’accueil, et nous font découvrir l’ univers de leur quotidien.
C’est en effet ce dimanche 13 octobre, que s’est déroulée la première édition parisienne de la Cyclo Cancer, avec le soutien de notre Groupe Malakoff Médéric Humanis. Cette manifestation sportive à but caritatif réunissait cyclistes et marcheurs pour la lutte contre le cancer. La totalité des frais d’inscription collectés était ainsi transformés en dons, destinés à l’accueil des enfants atteints du cancer.

Visite des lieux
L’ambiance contraste avec la gravité des lieux. Les murs peinturés de couleurs vives, ornés de papillons virevoltants, d’oisillons, de pieuvres et de créatures sous-marines adoucissent volontairement la difficile réalité. L’attention se distrait, et contribue à un certain relâchement.
Le détail des fresques attire l’œil. La vivacité des couleurs crée une chaleur. Le couloir circulaire laisse la surprise d’un nouveau décor à chaque pas.
Ici et là, sont disposés des lieux récréatifs : bibliothèque, ludothèque, baby-foot et vélo d’appartement. La dispersion de ces points peut créer un joyeux désordre où se croisent enfants, médecins et infirmières. Il distribue aussi les chambres aux fenêtres ajourées, derrière lesquelles se cache l’intimité des soins reçus. La vue d’une chambre d’un nourrisson semble présager de la charge émotionnelle ressentie parmi le personnel soignant. Le stress est réel confirme Docteur Nathanson : « faire une perf à un bébé demande de la dextérité, et un contrôle de soi. »

Docteur Nathanson, quelles sont les pathologies soignées au sein de votre service ?
Nous soignons deux groupes de maladies : Les leucémies, et les cancers chez l’enfant. Les tumeurs cérébrales représentent la première cause, suivies du cancer des os et les tumeurs abdominales. Les enfants soignés sont âgés entre 3 et 16 ans. Actuellement, nous accueillons un bébé de 12 mois.

Comment est organisé le service ?
« Le service a une capacité d’accueil pour 36 enfants. 30 lits sont prévus pour des séjours de 2 à 3 jours et 6 lits en accueil de jour. Ce service est un centre de proximité et de référencement, intégré au réseau RIFHOP (Réseau lle de France Hôpital Oncologie Pédiatrie). Ce réseau coordonne les actions, les soins entre les hôpitaux Trousseau, Curie et Gustave Roussy.

Comment les enfants vivent –ils les soins ?
D’abord, les enfants sont toujours accompagnés. Nous adoptons une première phase d’acclimatation, une journée pendant laquelle l’enfant ne subit aucun soin. Il leur est expliqué notre rôle, et la suite à donner. Dans le discours, tout est dit. Nos explications sont appuyées par des petites vidéos. Pendant les soins, leur niveau de stress est surveillé par leur appétence aux jeux, pendant les phases de sommeil, et du maintien de leur appétit.
Des lieux d’amusement, d’échanges, ou de partage de repas sont aménagés au sein du service. Les enfants se rencontrent, en fonction de leur âge. Un calendrier d’activité est initié.
Nous encourageons l’activité physique par la mise à disposition d’un vélo d’appartement.

Ont-ils conscience de la gravité de la maladie ?
Oui, et quel que soit l’âge. Mais les enfants ne sont pas effondrés. Parents et enfants se protègent mutuellement, sans montrer leur peine et difficultés.

Et l’école ?
Plusieurs associations se relaient pour assurer la continuité des cours. Les niveaux de scolarité s’étendent donc du CP au bac. D’ailleurs, 100% de nos étudiants, obtiennent le bac ou le brevet des collèges. »

« Merci docteur Nathanson » 
Je remercie toute l’équipe présente, Ninette MORCET, directrice de la communication, Dorothée BILGER ajointe à la mairie du Chesnay, les acteurs qui ont permis la réalisation de cette opération Patrice Martin, Pascal Andrieux, Jacques Lay, Jean -Pierre Chardon et les bénévoles du club de Maurepas.

Texte et Photos : Olivier DIGOUDE
Malakoff – Mederic – Humanis